L'été c'est l'occasion de parler de lecture.... Qui dit lecture, dit inspiration...............

lecture_009La Rêveuse d'Ostende d'Eric-Emmanuel Schmitt.

Pourquoi ce choix ? je vous livre quelques lignes du texte que j'ai trouvé particulièrement violentes :

"-Rien à signaler. Si le plus dur, c'était d'écouter Gerda agiter ses aiguilles à mon chevet. Pathétique, non? Quand elle a un moment de libre, au lieu de prendre un livre, Gerda brode, triture son crochet, tourmente la laine, ce genre de choses. Je déteste ça, les femmes d'ouvrages. Les hommes aussi les abominent. D'ailleurs, tenez, au nord de l'Irlande, les paysannes des îles d'Aran! Leurs maris ne leur reviennent -s'ils reviennent- qu'avec les épaves, vomis par les eaux mangés par le sel, elles ne les reconnaissent qu'aux points de leur pull! Voilà ce qui arrive aux tricoteuses : elles n'attirent plus que les cadavres!

Evidemment pour comprendre cette diatribe il faut lire le texte en entier, peut-être aurez-vous envie d'en savoir plus sur la Rêveuse d'Ostende!

Et je ne résiste pas...  un autre extrait de ce texte :

"Le lendemain, j'envoyai un des gants chez lui, je rangeai l'autre dans mon tiroir. Un gant, c'est comme un souvenir. Le gant garde la forme du corps, comme le souvenir celle de la réalité, le gant habite aussi loin de la chair que le souvenir du temps disparu. Le gant, c'est un tissu nostalgique....."